Attention - Navigateur obsolète
Vous voyez ce message car votre navigateur est ancien. Merci de le mettre à jour afin de profiter au mieux du site Apréva.

La santé de l'entreprise passe par l'oreille !

Le bruit fait partie de la vie. Et les bruits évoluent. Dans notre société, les chants d’oiseaux disparaissent. Et les coqs sont traduits en justice ! La tolérance au bruit est variable selon les situations et les personnes. Si la presbyacousie concerne les seniors, l’exposition au bruit n’a pas d’âge. En entreprise, toutes les activités sont concernées. Et le bruit impacte les petites entreprises, comme les plus grandes. 

 

Les effets du bruit sur la santé sont bien connus : gêne, difficulté d’attention et de concentration, fatigue, irritabilité, troubles du sommeil, stress, hypertension artérielle, troubles digestifs, etc. Sans oublier les conséquences purement auditives : fatigue auditive réversible, surdité irréversible. Tout dépend du niveau et de la durée d’exposition. On parle aujourd’hui de santé auditive au sens ou la prévention vise à préserver la santé et la qualité de vie, autant que la maîtrise du risque de surdité.

 

Perte de performances

 

Les effets du bruit sur l’entreprise sont réels : perte de productivité, difficultés d’adaptation, turn-over, absentéisme, difficultés relationnelles, voire conflits. De nombreux métiers reposent sur la possibilité d’écouter et de parler. Par exemple, un mauvais bruit sur un moteur est source d’alerte. Les échanges d’informations orales entre collaborateurs sont essentiels dans nombre de situations de travail. 

 

Tous concernés !

 

Selon une enquête* menée par l’Ifop pour l’association Journée nationale de l’audition, plus d’un actif français sur deux (59 %) déclare être gêné par le bruit et les nuisances sonores sur son lieu de travail. 30 % des travailleurs indépendants déclarent être gênés par les bruits provenant de l’extérieur des locaux. Si 33 % des ouvriers sont gênés par le matériel utilisé, 20 % des cadres et professions intellectuelles supérieures le sont par les conversations entre collègues. 67 % des actifs affirment que les nuisances sonores ressenties au travail provoquent des conséquences négatives sur leur santé au quotidien, notamment fatigue, lassitude, irritabilité stress, gêne auditive. 

 

Gain de performance

 

Ces indicateurs démontrent que la maîtrise de l’exposition au bruit est un facteur de performance en entreprise. Un des marqueurs de surexposition au bruit est l’impossibilité de tenir une conversation sans hausser la voix à une distance d’un mètre de son interlocuteur. L’idéal est de solliciter son service de santé au travail pour faire un diagnostic de la situation. Pour l’association Journée Nationale contre le bruit, 59 % des actifs déclarent être gênés par le bruit et les nuisances sonores sur son lieu de travail. C’est dire l’importance de la question. 

 

 

* Enquête en ligne menée auprès d’un échantillon de 1 013 personnes, représentatif de la population française active occupée, âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, entre le 17 et le 18 septembre 2019.