Attention - Navigateur obsolète
Vous voyez ce message car votre navigateur est ancien. Merci de le mettre à jour afin de profiter au mieux du site Apréva.
Comment bien s’alimenter en hiver ?

Comment bien s’alimenter en hiver ?

Comment bien s’alimenter en hiver ?

Intempéries, fatigue, nez bouché et gorge qui gratte. Les petits et grands maux de l’hiver peuvent facilement couper l’appétit. Et pourtant, une alimentation bien choisie est un excellent moyen de lutter contre la fatigue hivernale et les coups de mou. Et c’est encore plus vrai à partir de 50 ans.

Attention aux carences et à la déshydratation.

Avec l’âge, la sensation de satiété est atteinte plus rapidement. Mais cela signifie que nos besoins nutritionnels diminuent. Ils augmentent même en hiver. Premier risque d’un régime plus léger ? Le manque de nutriments et de vitamines. C’est tout particulièrement le cas de la vitamine D dont les carences sont fréquentes en hiver en raison de la diminution de l’ensoleillement. Selon certains scientifiques, ces insuffisances seraient responsables de certaines épidémies de grippes.

 

Autre mauvais réflexe : moins boire. À l’extérieur, l’air est plus sec, et les déplacements entre des endroits parfois trop chauffés et le froid peuvent assécher notre peau et notre organisme. Il est donc important de continuer à s’hydrater en buvant 1,5L à 2L d’eau par jour (eau plate, eau pétillante, tisane, thé…).

 

Vos alliés pour l’hiver.

En soupe, en salade ou compote, cuits ou crus … les fruits et légumes, de saison bien sûr, sont vos meilleurs amis : ils vous apportent les vitamines dont votre organisme a besoin. Mention spéciale aux choux (choux-fleurs, choux rouges et blancs, choux de Bruxelles…) et aux agrumes qui boostent les défenses immunitaires.

 

Pour lutter contre les carences en vitamines D, rien ne vaut les poissons gras (morue, hareng, maquereaux, sardines) qui sont également riches en oméga 3.

Agrémentez le tout d’ail, d’oignon ou d’échalote, anti-infectieux naturels.

 

Un début de maux gorge ? Faites-vous plaisir avec du miel d’eucalyptus, de thym ou de sapin aux propriétés antiseptiques.

 

Envie d’originalité ? Testez le maté. Cette boisson traditionnelle sud-américaine contient un stimulant naturel qui soulage de fatigue physique et mentale.

 

Les aliments à éviter ou à proscrire.

Les produits laitiers, tout comme les viandes, poissons et œufs sont à consommer avec modération. Inutile d’en augmenter l’apport quotidien en hiver.

 

Attention aux quiches, raclettes et autres cakes… qui en plus d’excéder la quantité préconisée par jour en protéines animales, cachent beaucoup de graisses !

Ces dernières seront plus lentement éliminées en raison d’un rythme hivernal plus sédentaire en hiver.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’alcool ne réchauffe pas. Il donnera une sensation de coup de chaud momentané, mais accélèrera la déshydratation. L’alcool ralentit également le rythme cardiaque ce qui peut causer une hypothermie.

 

En résumé, notre corps n’a pas besoin d’être suralimenté pour vaincre le froid hivernal. Il a surtout besoin d’un régime adapté plus riche en nutriments…mais surtout, équilibré.

 

Alors à vos fourneaux, vous avez un hiver à cuisiner !

 

>> NOS DEVIS SANTÉ PERSONNALISÉS APRÉVA

Devis Mutuelle Particuliers | Devis Mutuelle Indépendants | Devis Mutuelle Entreprises 

 

>> NOS CONSEILS SANTÉ

9 épices aromatiques excellentes pour la santé | 4 conseils diététiques pour requinquer votre organisme après les fêtes